2ème session ordinaire du CIP-PONADEC

Les plans 2D des ministères transversaux et sectoriels examinés

Le Comité interministériel de pilotage de la politique nationale de décentralisation et de déconcentration (CIP-PONADEC) a tenue hier, lundi 30 Juillet 2018 sa 2ème session ordinaire pour le compte de l’année 2018. Au menu de cette session dont l’ouverture a été faite par le Directeur de Cabinet du Ministre de la Décentralisation et de la gouvernance locale à l’hôtel ‘’Le 15 Janvier’’ d’Akpakpa, l’examen du niveau d’évaluation des plans 2D des ministères transversaux et sectoriels, la note conceptuelle de la relecture de la PONADEC.

Cadres et responsables du Ministère de la décentralisation et de la gouvernance locale, ainsi que des ministères transversaux et sectoriels, membres du CIP-PONADEC, directeurs centraux, généraux et responsables d’organismes sous tutelle du MDGL. Tous étaient présents à cette 2ème session ordinaire du CIP-PONADEC. En effet, au cours de la rencontre, ces cadres et responsables de divers grades, ont mis à contribution leurs expertises et examiné plusieurs sujets. Il s’agit de l’examen des plans 2D du Ministère des enseignements maternel et primaire (MEMP) et du Ministère des infrastructures et des transports (MIT), du niveau d’élaboration des plans 2D des autres ministères transversaux et sectoriels, de la note conceptuelle de la relecture de la PONADEC. Aussi, la mise en œuvre des recommandations issues de la session d’Avril 2018, les résultats du comité d’examen des plans 2D actualisés du MEMP et du MIT ont-ils été présenté à l’issue de cette rencontre trimestrielle du CIP-PONADEC. Tenue une fois par trimestre pour réfléchir sur des questions stratégiques de réformes visant une meilleure performance des résultats dans les ministères transversaux et sectoriels et une bonne politique de décentralisation et de déconcentration, cette présente session selon le Directeur de Cabinet du MDGL, Noël Gankpé, « intervient dans un contexte marqué par de nouveaux défis en matière de décentralisation ». Et pour y remédier, il invite chaque membre à plus d’effort et de sacrifices. « Notre responsabilité va donc sans cesse croissante et nous devons tous, nous engager et nous déterminer à jouer notre partition, chacun à son niveau, pour le succès de la PONADEC et par voie de conséquence, pour contribuer à la réduction de la pauvreté », a noté le DC/MDGL tout en remerciant les Partenaires techniques et financiers (PTF) du secteur de la décentralisation pour leur soutien sans faille à la mise en œuvre de la PONADEC.

PFC/DirCom PR-MDGL