Signature d’accord entre le FADEC et les Partenaires Techniques et Financiers pour l’harmonisation du cofinancement et des mesures d’assistance technique

Le jeudi 22 avril, le ministre de la Décentralisation, de la Gouvernance locale, de l’Aménagement du Territoire, Alassane Séïdou a présidé, la cérémonie de signature du protocole d’Accord relatif à l’harmonisation du cofinancement et des mesures d’assistance technique.

Le ministre de la Décentralisation, de la Gouvernance locale, de l’Aménagement et de l’administration du territoire a dans son discours rappelé certaines étapes importantes du processus de transfert de ressources aux communes au Bénin. Notamment du forum national sur le bilan de la réforme de l’administration territoriale et de la gestion des communes tenu à Cotonou du 26 au 28 novembre 2007, lequel a révélé la nécessité des transferts financiers conséquents de l’Etat en direction des collectivités locales, pour leur permettre d’assumer de manière satisfaisante les missions à elles dévolues ; et la prise par le gouvernement en mai 2008, de deux décrets portant respectivement création, attribution, organisation et fonctionnement de la Commission nationale des Finances locales (CONAFIL) et création du Fonds d’appui au développement des communes (FADEC) suivi de l’installation officielle en décembre 2008 de la CONAFIL. Après avoir indiqué que le FADEC est un mécanisme national de financement des communes, le ministre Alassane Séïdou a précisé ses principaux objectifs.

Le conseiller à l’ambassade d’Allemagne, Jens Krans-Massé, représentant les partenaires techniques et financiers, a félicité le gouvernement pour les avancées et efforts notés en ce qui concerne l’opérationnalisation du FADEC et le transfert des ressources aux communes. Il aussi noter que, les défis à relever pour l’avenir sont relatifs à l’opérationnalisation des contrôles comme partie intégrante du mécanisme du FADEC ; l’adaptation de la comptabilité aux nouvelles exigences comme le registre auxiliaire et la comptabilité analytique ; et l’opérationnalisation du système de suivi évaluation.