PREMIERE CONFERENCE DES PREFETS DE L’ANNEE 2010

Natitingou a abrité le vendredi 28 Mai 2010 la première Conférence des préfets de l’année 2010.

Elle a réuni les préfets de nos douze départements, venus prendre part à cette concertation trimestriel. L’occasion leur était donnée d’harmoniser leurs points de vue pour un meilleur suivi de la gestion des communes et de permettre à l’autorité de tutelle, d’être mieux outillée pour la résolution des problèmes des Communes.

En procédant à l’ouverture de ces assises, le ministre de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement du territoire, Mr Alassane SEIDOU, s’est réjouit du fait que la Conférence des Préfets est désormais une tradition bien établie. Selon le ministre : « la présente Conférence permettra, comme il est de coutume de marquer un arrêt pour évaluer les actions menées par nos préfectures, de noter les avancées réalisées tout en identifiant les ratés et les obstacles dans le cadre des missions qui nous sont assignées ».

Le préfet des départements de l’Atacora et de la Donga de son côté a souligné qu’ : « en ce moment où, à l’instar d’autres pays, le Bénin traverse une crise économique et financière, il n’est pas aisé pour les préfectures et les autres services déconcentrés de l’Etat de trouver les moyens suffisants pour assurer excellemment les missions qui leurs sont assignées ». Il a ajouté que : « cela est dû à l’abattement drastique des crédits alloués au titre de l’année 2010 ».

Le ministre Alassane SEIDOU a quant à lui fait observer aux préfets, qu’ils sont capables de relever les grands défis de l’heure, en attendant que la situation financière de notre pays s’améliore. Il les a ensuite rassuré. Car selon lui, malgré cette situation, l’Etat a le souci et la volonté d’accroître sensiblement le montant des transferts de ressources aux communes par le biais de l’instrument et le mécanisme qu’est le FADeC dans le quel il a été consenti de gros efforts pour 2010, puisque les ressources du FADeC passent de 7,5milliards à environ 20 milliards de Francs CFA.

Le ministre Alassane SEIDOU a enfin, insisté sur le fait que le FADeC qui est un instrument de financement du développement à la base dont l’objectif ultime et la finalité est d’impacter positivement le développement de nos communes, l’Administration préfectorale, dans l’exercice de sa fonction de tutelle se doit d’être plus efficace afin d’assurer un appui conseil de qualité à nos communes, une application correcte des prescriptions légales en vue de garantir une bonne gouvernance financière.