Le Ministre EDOU et les cadres de son ministère apportent des réponses appropriées aux questions que se posent plusieurs béninois


- Les 29 départements de la nouvelle loi n’ont pas la taille des 12 départements actuels
- La nouvelle loi ne touche pas les circonscriptions électorales de notre pays

La salle de conférence du Ministère de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement du Territoire a servi de cadre le mercredi 21 mars 2012 à une séance de travail qui a eu pour résultat, la levée totale d’équivoques et une clarification quant au contenu de la loi proposée à l’examen et au vote des députés à l’Assemblée Nationale sur le nouveau découpage territorial.

En effet, de nombreux béninois se posent la question de savoir quel diable a bien pu pousser le gouvernement à proposer qu’on crée 29 départements alors que l’on n’arrive pas à cerner tous les problèmes liés aux 12 départements en place actuellement. D’autres se demandent où l’Etat trouverait les moyens pour procéder à ce découpage qui est en réalité le gage d’un réel développement territorial qui reste d’ailleurs l’une des orientations stratégiques de la politique nationale de la décentralisation et de la déconcentration. Plusieurs cadres du ministère ont soutenu que cette nouvelle réforme vise un meilleur rapprochement de l’administration des populations puisqu’elle permettra aux préfets d’être plus proches des populations. Elle aidera aussi l’Etat à avoir l’œil sur les communautés afin de résoudre plus efficacement leurs problèmes. Le souci du gouvernement est donc d’aller véritablement vers le développement à l’instar des autres pays de la sous-région. Il faut surtout souligner qu’au nombre des pays de l’UEMOA, seul le Bénin n’est pas encore à ce niveau de découpage territorial. A la quatrième question, il a été enfin expliqué que la loi du découpage territorial ne touche ni les 77 communes, ni les circonscriptions électorales.

S’agissant du coût de la mise en œuvre de ce nouveau découpage territorial, il ne sera pas exorbitant, car contrairement à ce que pensent plusieurs de nos compatriotes, le passage à 29 départements coûtent beaucoup moins cher que l’installation de 12 départements, puisque le projet du nouveau découpage territorial tel que proposé, rend plus légère l’administration et évite à l’Etat certains gâchis quant à l’installation de la représentation de certains organismes étatique.

Cette rencontre a également connu la présence des Préfets des Départements de l’Atlantique et du Littoral, de l’Ouémé et du Plateau et celui du Mono-Couffo.