Culture de l’efficacité et de l’efficience

Gage d’un développement harmonieux de l’espace communal

Insuffler une nouvelle dynamique à l’administration territoriale en mettant en avant les valeurs éthiques et morales devant conduire notre pays sur la voie du développement. Voilà ce à quoi s’attèle le ministère de la décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement du territoire qui n’entend plus traîner les pas, quant à l’application des valeurs éthiques et morales qui peinent à entrer dans le comportement quotidien des acteurs de l’administration territoriale qui reste à ce jour, le vivier de l’administration nationale et le levier du développement local.

En effet, dans le processus de la Déconcentration/Décentralisation, la performance est basée sur la qualité des services offerts aux populations et la satisfaction que ces dernières en tirent. Et pour que notre pays se développe, il faut que les agents de l’administration publique prennent la mesure de leur responsabilité dans le rendement de leurs structures respectives. Avec le vent de la refondation qui souffle dans notre pays depuis quelques années et prônée par le chef de l’Etat, le Docteur Boni Yayi, le ministre Raphaël EDOU en charge de la décentralisation entend incruster dans nos administrations territoriales, une culture saine, basée sur des principes tels que la ponctualité, la présence effective au poste, l’assiduité au travail, la rigueur, l’intégrité et la probité morale. Ainsi donc, chaque agent de l’administration territoriale devra rechercher l’efficacité comme l’on recherche la vérité pour offrir des services de qualités aux populations à la base. Ainsi des améliorations significatives seront apportées aux conditions de vie et de travail des communautés. Et pour y arriver, il faut des hommes de qualité aux différents postes de décision. C’est pourquoi, le ministre de la décentralisation entend désormais réduire substantiellement le taux d’inadéquation observée dans nos administrations territoriales. Et pour cela, les autorités préfectorales seront mises à contribution. C’est dire que désormais, la dynamique de la refondation prendra corps à partir de la base et nul ne sera de trop pour apporter sa contribution à l’édification d’un Bénin nouveau.