Atelier de réflexion sur les lotissements au Bénin

Raphaël Edou veut finir avec la mafia

Une troisième fois, les acteurs de lotissement au Bénin sont réunis pour maîtriser définitivement les bourreaux d’étranglement qui ne cessent de miner ce secteur cher à la quiétude des Béninois. C’est l’une des salles de conférence de l’Infosec, qui a accueilli l‘évènement le jeudi 21 juin 2012. Les participants ont eu droit à trois communications : « les procédures en matière de lotissement » présentée par Monsieur Capo Bernardin ; « situation domanial au Bénin » présentée par Monsieur René Ganmavo et « lien entre lotissement et aménagement du territoire » présenté par Monsieur Odidi Edmond. Pourquoi ce problème préoccupe au plus point le Gouvernement ?

Ministère de l’Environnement, Préfets, Maires, élus locaux, députés, géomètres, associations d’acquéreurs de parcelles et autres, ont répondu présents à cet appel du Ministre de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale de l’Administration et de l’Aménagement du Territoire, Raphaël Edou, autour du thème : « Problème de lotissement : analyse et approche de solution ». Dans son allocution d’ouverture, le Ministre Raphaël Edou a insisté sur la présence des préfets, à cause de la pertinence du sujet à débattre. Après avoir fait remarquer à l’assistance que le vol de parcelles, le bradage des domaines publics et autres, sont organisés autour du lotissement au Bénin avant la Décentralisation ; le Ministre Raphaël Edou a précisé que le Gouvernement ne saurait tolérer de telle situation à cette époque de la Décentralisation. Il a ajouté qu’il faut la bonne gestion de ce secteur très sensible. Pour cette raison, le Ministre a exigé les points, commune par commune, de tous ce qui est fait en matière de lotissement, afin de repartir sur de bonne base. Dans le but d’aboutir à la restructuration de ce domaine, la mise en place d’un comité de gestion s’avère indispensable, a-t-il indiqué. Tout en invitant, tous les acteurs de lotissement à une repentance pour un nouveau départ, s’ils veulent continuer à œuvrer dans ce domaine, il a achevé son allocution par le souhait de voir, à la fin des travaux, une recommandation allant dans le sens de la gestion transparente du lotissement au Bénin. Au cours de cet atelier, les assistants ont écouté également, le Secrétaire Permanant de la Commission Nationale des Affaires Domaniales.

Dans son allocution de bienvenu, Monsieur René Ganmanvo a exprimé toute sa gratitude au Ministre Raphaël Edou , pour le cœur de bon père de faille avec lequel il ne cesse d’aborder cette question de lotissement depuis son arrivé à la tête de son département, pour qu’un consensus puisse naître. Selon ses propos, le lotissement est un sujet important pour ce pays. C’est la raison pour laquelle il faudra une formule pouvant permettre de l’aborder avec l’assurance de garantir la paix et la sécurité.

En effet, la question foncière a été de tout temps, au cœur des préoccupations du développement en général et particulièrement de celles qui tirent l’essentiel de leurs ressources, entre autres, des cultures de rente et de la terre comme le Bénin. Elle est une inquiétude majeure aussi bien pour l’Administration que pour les populations, et ne laisse personne indifférente compte de sa délicatesse.

Quelques intentions de participants

Le Maire Patrice HOUSSOU GUEDE

Pour le Maire de Calavi, il faut que le lotissement continue. Seulement, qu’il faudra que les autorités au sommet, aient le regard plus présent sur les acteurs mettant en œuvre le lotissement. Selon ses propos, les litiges veinèrent souvent du fait que certains terrains vendus depuis très longtemps, font l’objet revendication de la part des descendants des vendeurs, qui savent qu’il n’y a pas d’actes civils, celant ces faits. Aussi a-t-il insisté et signé qu’il ne faut pas arrêter le processus, quitte à ne pas gérer des problèmes plus sérieux à l’avenir.

Le Préfet de l’Atlantique - Littoral

Pour le Préfet de l’Atlantique-Littoral, Placide Azandé, cette rencontre initiée par le Ministre Raphaël Edou, est salutaire. Car pour lui, le lotissement fait objet de désordre notoire dans le pays, au point où chacun semble faire ce qui lui plait. Il faille donc que les règles en la matière trouvent leur force, car pour lui, le secteur génère trop de problèmes actuellement. Aussi a-t-il rappelé que le Préfet a comme responsabilité d’analyser les plans de lotissement des communes avant d’en donner quitus ; dans les règles de l’art.

Le Préfet de l’Atacora-Donga

Pour le préfet de l’Atacora-Donga, Gervais N’da-Sékou, la question de lotissement est devenu un problème de sécurité ; a voir le trafiques et les conflits y afférents. Ainsi, il urge que l’autorité veille à la transparence ; c’est, selon lui, le vrai motif de la rencontre. Ses constats sur le terrain est que toutes les communes sont affectées par le problème de lotissement dans leur administration. Aussi souhaite t-il qu’une solution soit trouvée pour l’assainissement de ce secteur.

Quelques participants