Tournée du MDGLAAT sur le rôle des services publics à la base dans la réduction de la pauvreté

Raphael Edou promeut la démarche participative et la qualité des services offerts à la population

Les lundi 26 et Mardi 27 Novembre 2012, les communes de Kétou, Djakotomey et de Bohicon recevront une délégation du Ministère de la Décentralisation dans le cadre d’une tournée sur la participation des services décentralisés dans la réduction de la pauvreté. L’Objectif de ces deux jours de rencontre vise à améliorer la qualité du service en vue de réduire la pauvreté.

Le développement local dans le contexte de la décentralisation exige l’implication des populations à la base, seule bénéficiaire des services publics à la base. Dans ce cadre la définition d’une strategie de développement associant tous les acteurs concernés, une démarche participative s’impose. La participation des citoyens dans la prise des décisions dans le secteur public semble désormais incontournable et apparaît même indispensable pour améliorer tant l’impact des politiques que les services publics pour la réduction de la pauvreté au Bénin. Parlant de la mise en oeuvre de stratégie de réduction de la pauvreté à la base, il est indéniable que les communes, collectivités territoriales décentralisées, sont les plus indiquées. Selon les dispositions de la loi 97-029 du 15 janvier 1999, en son article 82 : La commune dispose de compétences qui lui sont propres en tant que collectivité territoriale décentralisée. Elle exerce en outre, sous le contrôle de l’autorité de tutelle, d’autres attributions qui relèvent des compétences de l’État. Elle concourt avec l’État et les autres collectivités à l’administration et à l’aménagement du territoire, au développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique ainsi qu’à la protection de l’environnement et à l’amélioration du cadre de vie. De ceci, il en ressort que l’Etat peut confier des responsabilités aux communes dans le cadre de la mise en route d’un service public de qualité qui impacte le quotidien des citoyens pour faire reculer considérablement la pauvreté. Ainsi, dans le cadre du transfert des ressources aux communes, les dispositions de l’article 82 de la loi 97-029 du 15 Janvier 1999, permettent bien d’amorcer le transfert des ressources pour permettre aux communes d’assumer certaines responsabilité de l’Etat. L’Etat peut confier le paiement des salaires et le soin des personnels des services déconcentrés aux communes qui pourront tout mettre en œuvre pour que l’espace communal devienne véritablement le vivier du développement national à travers les services de l’enseignement maternel primaire et secondaire, l’assistance sociale, les services de la santé et ceux du secteur de l’agriculture et de l’eau. Le Bénin n’a pas besoin d’une nouvelle loi pour confier l’administration locale à la mairie pour faire fonctionner tous les services de l’Etat sur son territoire. Le développement d’un territoire devrait donc prendre en compte les besoins et les aspirations des citoyens. Dans ce cadre, les séances de travail entrant en ligne de mire de la tournée du MDGLAAT dans les communes de Kétou, Bohicon et Djakotomey, se dérouleront suivant une démarche participative. Cette démarche consistera à écouter dans un premier temps les organisations de la société civile représentant les populations, ensuite les responsables communaux parleront des orientations à donner aux aspirations de la population et s’engageront à faire du nouveau mode de gestion des communes une réalité. Au terme des échanges ,plusieurs résultats sont attendus .Entre autre la sensibilisation des élus locaux sur leur contribution dans le cadre de la mise en oeuvre et du succès de la politique de réduction de la pauvreté à partir des collectivités locale ,les élus locaux comprendront que les communes du Bénin doivent mettre désormais l’Homme au cœur de leurs politiques de développement ,motiver les communes à l’esprit de créativité pour faire de leurs entités administratives des sources de développement en soi, les élus locaux vont comprendre l’esprit de l’initiative de Dogbo ,la population à la base est informée de ce que son avis est important dans le cadre de bonne gouvernance locale et de la mise en oeuvre de l’Initiative de Dogbo.