Initiative de Dogbo

Le nouveau contrat du gouvernement béninois avec le peuple
Depuis quelques mois, la décentralisation et la gouvernance locale connaissent une nouvelle orientation qui promeut le développement qui prend en compte les aspirations et les besoins réels des populations à la base. Le Chef de l’Etat, truelle et pince en mains a lancé la construction d’une infrastructure scolaire à Dogbo le 09 Septembre dernier avec un mot d’ordre particulier << Construisons et gérons nos écoles>>. C’est là, la phrase magique qui a désormais donné lieu à un phénomène qui sonne la fin de l’opacité dans la gestion des maires et qui placent les populations à la base au cœur du développement de leurs localités. Ainsi naquit l’Initiative de Dogbo qui est devenu le nouveau mode de gestion des communes en attendant la prochaine génération d’élus locaux. Cette nouvelle approche est une politique qui permet de mobiliser et d’impliquer les communautés à la base afin qu’elles puissent contribuer de façon significative à amoindrir les coûts de réalisation des infrastructures sociocommunautaires aux travaux de construction et participer à la gestion des projets de développement sociocommunautaires. Il s’agit donc de rassembler les forces vives d’une commune autour de son développement. Ainsi, l’initiative de Dogbo, constitue une opportunité à saisir pour encourager et soutenir chaque citoyen à s’intéresser davantage et à s’investir dans les activités de développement de sa commune. Ceci tient d’ailleurs de l’essence de la décentralisation pour que les populations à base se rendent compte des efforts du gouvernement pour leur bien-être. Cette démarche est également un tournant décisif pour les communes. A ce titre l’initiative de Dogbo en favorisant la transparence autour de la gestion des communes a l’avantage rompre définitivement avec les pratiques politiciennes pour réunir véritablement, les fils et filles de nos communes à travailler pour le développement de leur terroir. Mieux, cette nouvelle approche dont le Président de la République s’est rendu lui-même le chef de file cultive en chacun des béninois le sens aigu de leur responsabilité vis-à-vis des questions de développement de leur localité. Cette démarche, à ce jour, permet au Bénin d’expérimenter pleinement la décentralisation et de faire en sorte que la bonne gouvernance locale soit la chose la mieux partagée pour enfin amorcer le développement local. Devant un tel enjeu, il est important que le Chef de l’Etat soit accompagné dans son combat pour le développement du Bénin. L’on comprend donc aisément que le ministre en charge de la décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement du territoire prennent comme il en a l’habitude pour faire le tour des départements, prêchant la bonne nouvelle de l’Initiative de Dogbo et insistant sur la mobilisation citoyenne autour des initiatives des communes du Bénin. C’est à ce titre que Raphaël Edou s’est déjà rendu dans les communes de Toffo, Sakété, Avrankou. Le mardi 29 janvier 2013, c’était au tour de Grand-Popo, Lalo et Djakotomey de recevoir le ministre de la Décentralisation et sa suite. Cette descente de Raphaël Edou était l’occasion pour les populations de s’approprier le contenu de l’Initiative de Dogbo et d’y adhérer. Ainsi, conformément à l’article 2 de la loi 97-029 du 15 Janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin, qui stipule que la commune constitue le cadre institutionnel pour l’exercice de la démocratie à la base qui est l’expression de la décentralisation et le lieu privilégié de la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques locales. L’occasion a été donnée aux populations d’avoir une idée des fonds que reçoivent leur localité de la part du gouvernement. Le Bénin prend ainsi, le train du développement et bannit peu à peu la politique politicienne des habitudes pour enfin parler de politique de développement.