Séance de travail entre le PNUD et le MDGLAAT

Raphaël Edou et Thomas Nardos Békélé pour le renforcement de la coordination des actions de la décentralisation au Bénin
Depuis une dizaine d’année, le Bénin s’est engagé sur la voie de la décentralisation afin de donner un coup de pouce à son développement. Conscient des enjeux de la décentralisation, le gouvernement du Dr Boni Yayi, à travers le ministère de la décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement du territoire ne cesse de multiplier les actions afin de mettre résolument les communes de notre pays au cœur du développement. Dans cet élan, le ministère de la décentralisation à un partenaire de taille en l’occurrence, le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) qui depuis 2009, l’appuie dans les différentes politiques et programmes de décentralisation. Et c’est justement pour faire le point de ce partenariat et renforcer les liens existants en vue de dynamiser le processus de développement local, que le ministre Raphaël Edou a tenu une séance de travail le lundi 4 février 2013 avec la coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies au Bénin Thomas Nardos Békélé. Durant deux heures d’horloge, le ministre et les cadres du ministère ont échangé avec la coordonatrice et son staff, pour explorer de nouveaux domaines d’intervention du PNUD dans le secteur de la décentralisation et surtout, voir les possibilités de renforcement des capacités matérielles et humaines des communes du Bénin. C’est à Monsieur Jean-Claude Codjia, Secrétaire Général du Ministère de la décentralisation, de la Gouvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement du territoire de dresser le point du partenariat du PNUD. On retient de ses propos que ledit partenariat s’exerce à travers le Projet d’Appui à la Décentralisation, à la déconcentration et au développement Economique Local au Bénin (PA3D) qui a démarré ses activités depuis le 15 juin 2009 pour une durée de cinq ans et se trouve actuellement dans sa troisième année de mise en œuvre ; D’un coût global de 4.656.000.000 Fcfa, il est financé par l’UNCDF (United Nations Capital Developpement Fund ou Fonds d’Equipement des Nations Unies) , le Programme des Nations Unies pour le Développement, le Fonds Belge de Sécurité Alimentaire (FBSA) et le Gouvernement du Bénin. Selon Jean-Claude Codjia, l’objectif global de ce projet est de contribuer à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans le Borgou. Il vise surtout à renforcer les capacités des communes et des acteurs locaux à stimuler efficacement le développement économique et à réduire la pauvreté et l’insécurité alimentaire. Pour le ministre Raphaël EDOU, cette séance de travail vient à point nommé à un moment où, l’initiative de Dogbo est en promotion dans toutes les communes. Elle leur a permis de voir comment mettre en place un processus qui renforce la coordination et le réseautage des actions des acteurs du développement local afin de converger vers un seul objectif : améliorer la qualité les services rendus aux populations. « C’est une question d’organisation que nous voulons résoudre et créer dans l’espace communal un climat favorable car il ya beaucoup de ressources à investir dans nos communes. Cela va renforcer la bonne gouvernance a laissé entendre Raphaël Edou. » Thomas Nardos Békélé de son coté, s’est estimée heureuse de ce que le ministre de la décentralisation les ait associés à cette réflexion sur le renforcement de la coordination des actions de la décentralisation. « Nous avons apporté nos contributions et partagé nos expériences à l’extérieur et on est là pour accompagner la décentralisation et le Bénin pour un développement durable » a conclu la coordonatrice résidente du Système des Nations Unies au Bénin.