Décentralisation et développement à la base

Toucountouna s’approprie à l’Initiative de Dogbo (L’Initiative de Dogbo, meilleur choix pour le renforcement de la bonne gouvernance locale et l’assainissement de la gestion de nos communes)

Pour donner corps à la vision du Chef de l’Etat en ce qui concerne le développement local à travers l’initiative de Dogbo, le ministre de la décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement du territoire après son périple dans certains hameaux du sud Bénin s’est rendu il y a quelques jours, dans la partie septentrionale.

Raphaël Edou accompagné d’une délégation de son département ministériel s’est rendu à Ouaké, Copargo et Toucountouna. Devant les élus locaux, maires et préfets des départements de l’Atacora et de la Donga, le ministre de la décentralisation n’a pas cessé d’expliquer aux uns et aux autres les tenants et aboutissants de cette initiative afin de recueillir l’apport de tous et de toutes. Ainsi donc, Raphaël Edou et sa délégation peuvent se frotter les mains d’avoir réussi à faire adhérer les populations à base à l’idéologie de l’initiative de Dogbo qui en plus d’être le nouveau mode de fonctionnement des communes reste le carrefour incontournable pour le développement du Bénin. Il faut souligner que par endroits, les populations béninoises se sont offusquées de ce que le gouvernement a mis du temps pour trouver la solution qu’il faut pour le développement de la nation. C’est ainsi qu’à Toucountouna, les populations qui se sont réjouis d’avoir reçu pour la première fois un ministre de la décentralisation en exercice, ont pourtant reproché à leur visiteur d’avoir mis du temps pour leur apporter la bonne nouvelle.

Une initiative qui renforce la bonne gouvernance locale

L’initiative de Dogbo, lancée par le Chef de l’Etat est le nouveau mode de fonctionnement et de gestion de nos communes qui doit prévaloir. En effet, il est question d’associer la population à la base à son propre développement. Pour le ministre de la décentralisation, en lançant cette façon de faire, le Chef de l’Etat a compris que les populations à la base constituent les bras valides dont le pays a besoin si nous voulons réussir le développement. Ainsi, la décision appartient donc désormais aux populations à la base. C’est d’ailleurs la substance même de la décentralisation qui veut que le processus de décision soit rapproché des populations pour permettre l’émergence et le décollage du développement qui prend en compte les aspirations de la base. Ainsi, l’autre pourrait traduire l’Initiative de Dogbo comme étant un processus de développement selon le besoin. En prônant ce principe cher à la décentralisation, qui consiste en la participation citoyenne et qui veut que les élus fassent preuve d’une certaine transparence dans la gestion, les autorités béninoises ont balisé le chemin pour un véritable développement local. Ainsi, les partenaires techniques et financiers du Bénin peuvent désormais mieux accompagner le processus puisque la corruption et la mauvaise gouvernance sont sévèrement puni dans nos communes. Pour preuve, il faut citer les deux commissions installées et qui sont chargée de contrôler les gestions foncière, financière et comptable des maires. A ce titre, ces deux commissions ont déjà auditionné plusieurs maires. La création et l’installation de ces deux commissions participent de l’engagement du gouvernement à travers le ministère de la décentralisation à assainir nos communes de mauvaises pratiques qui entravent jusque là le développement à la base et par ricochet le développement national. Avec le travail qui se fait, les uns et les autres peuvent désormais faire confiance aux maires pour réussir le développement local. Car, le Bénin mise de plus en plus sur la base qui impulsera le développement national. D’ailleurs les citoyens sont désormais aguerris sur leur rôle dans le processus. C’est pour cette raison que le ministère de la décentralisation à mis à la disposition du peuple béninois deux numéros verts pour dénoncer les cas de mauvaise gouvernance. Il s’agit de : 90 02 02 02 et 66 58 02 02. Deux numéros ouverts pour aider le gouvernement dans l’enracinement de la bonne gouvernance locale au Bénin.

Le MDGLAAT, le Préfet Atacora-Donga et le maire de Toucountouna en face de quelques populations sur le site devant abriter la construction de l’infrastructure à l’EPP Tchakalakou