Séance de travail du MDGLAAT avec le conseil communal d’Abomey Calavi

Raphaël réaffirme sa volonté d’assainir les opérations de lotissements et de recasements
Après la suspension des opérations de lotissements et de recasements das la commune d’Abomey-Calavi par arrêté préfectoral l y a quelques jours, plusieurs sons de cloches ont été entendus ça et là pour déplacer cette suspension de son contexte. Et c’est pour lever tout équivoque et reprendre le sens de la marche que le ministre de la décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement du territoire a tenu hier, une séance de travail à caractère pédagogique avec les membres du conseil communal d’Abomey Calavi en présence des membres de soin cabinet et des directeurs techniques et centraux intervenant dans le domaine foncier. Pour le ministre Raphaël Edou, cette séance ne sera pas l’occasion d’expliquer ni de débattre de la décision de suspension des opérations de lotissements et de recasements mais de voir ensemble comment pour poursuivre les travaux entamé après cette décision. Ainsi, il a tenu à rappeler que les opérations de lotissements et de recasements sur toute l’étendue du territoire national doivent respecter l’esprit de la décentralisation pour ne pas frustrer les populations. Après l’exposé par le préfet des départements de l’Atlantique et du Littoral des différents griefs qui ont été portés contre lesdites opérations par les populations d’Abomey-Calavi, le maire de la commune Patrice Hounsou-Guèdè a essayé d’apporter quelques éclaircissements à ces accusations. Au terme des discussions, le ministre de la décentralisation Raphaël Edou s’est montré ferme quand à la transparence qui doit gouverner le lotissement de la commune de Calavi qui selon ses propos est la commune porteur d’espoir du Bénin. Ainsi, il a insisté sur le fait qu’il faudra faire le point des opérations jusque là, implanter des plaques sur les réserves administratives après avoir faire le point de ces dernières et enfin, répertorié les propriétaires terriens pour qu’à la fin des opérations il n’y ait pas de sinistrés qui ne soient recasés. C’est à ce seul prix que les opérations pourront reprendre a martelé monsieur le ministre avant de laisser entendre que cette opérations d’assainissement opérations de lotissements et de recasements touchera quatorze(14) autres communes en dehors de clavai. Les maires sont maintenant avertis.