Passation de service à la tête du MDGLAAT

Les priorités du ministre GNONLONFOUN

A l’issue de la formation du deuxième gouvernement du deuxième quinquennat du Docteur Thomas Boni YAYI, Isidore GNONLONFOUN qui s’est vu investir des charges de ministre de la Décentralisation, de la Gouvernance locale, de l’Administration et de l’Aménagement du Territoire. Il a officiellement pris les rennes de ce département ministériel, à l’issue d’une cérémonie de passation de charges entre lui et son prédécesseur, le ministre Raphaël EDOU, le mardi 13 août 2013. A l’occasion, le 4è ministre en charge de la Décentralisation a évoqué ses priorités.

« Je mesure l’ampleur de la tâche à accomplir et je m’emploierai à œuvrer pour rester à la hauteur de la confiance portée sur ma personne », a confié le nouveau ministre de la Décentralisation. Je vais m’atteler à poursuivre le chantier de transfert des compétences pour offrir aux Collectivités territoriales décentralisées les ressources dont elles ont besoin pour promouvoir le développement local. Le ministre Isidore GNONLONFOUN entend œuvrer aussi à lutter pour lever les obstacles liés à la délégation des crédits aux services déconcentrés de l’Etat par les ministères sectoriels pour rendre effective l’assistance-conseil aux communes, promouvoir l’interaction entre les différentes parties prenantes au processus de la décentralisation , approfondir la compréhension des enjeux du transfert des ressources financières, humaines et matérielles aux communes et identifier des approches harmonisées notamment dans le cadre des résultats prévus par la PONADEC, promouvoir une meilleure coordination au niveau des différentes contributions à la fourniture des services à la base et identifier des approches harmonisées tout en tenant compte du rôle des préfectures , renforcer la coordination sur le pilotage et le système de suivi-évaluation de la PONADEC, renforcer la gouvernance locale, recentrer la Réforme administrative et territoriale sur le développement. Il s’agira, conclut Isidore GNONLONFOUN, de mettre en place un système d’organisation et de coordination efficace et rigoureux aussi bien au niveau des communes et préfectures qu’au niveau central et qui soit à même de permettre à l’heure du bilan, de nous féliciter des prouesses réalisées et des contributions à l’édification du Bénin. « Nous devons nous mettre résolument au service des citoyens », appelle-t-il (Lire dans la suite dans la prochaine parution de « La Territoriale »).