Tournée du MDGLAAT dans les départements

Rendre plus visible et plus efficace l’action de la Police Municipale notamment en ce qui concerne les comportements déviants observés sur les voies urbaines
JPG - 45.7 ko

Le ministre en charge de la Décentralisation a démarré le mercredi 02 Octobre 2013 sa tournée dans les départements par l’étape de la préfecture de Cotonou où il a plaidé entre autres pour plus de visibilité et d’efficacité de l’action de la Police Municipale notamment en ce qui concerne les comportements déviants observés sur les voies urbaines

JPG - 64.6 ko

Je m’emploierai toute la durée de la mission à la tête du ministère à donner l’impulsion nécessaire tant auprès du Gouvernement que des partenaires techniques et financiers pour une grande attention au secteur de la décentralisation / déconcentration, comptant sur votre soutien et votre engagement à mes côtés et sur les braves populations de l’Atlantique et de Littoral, a annoncé le ministre de la Décentralisation, de la Gouvernance locale, de l’Administration et de l’Aménagement du Territoire. Face aux responsables à divers niveaux de l’administration départementale réunis pour la circonstance notamment le Préfet des Départements de l’Atlantique et du Littoral, le Secrétaire et les Chargés de Mission des deux Départements, les Membres de la Conférence Administrative Départementale et du Conseil Départemental de Concertation et de Coordination, les Maires et Adjoints aux Maires, les Partenaires Techniques et Financiers, les Chefs Services de la Préfecture de Cotonou, leurs Majestés rois et têtes Couronnées, notables et et Sages et les représentants des Organisations de la Société Civile, Le ministre Isidore GNONLONFOUN a précisé que, pour les départements de l’Atlantique et du Littoral, il s’agira plus spécifiquement d’intensifier la mobilisation de nos concitoyens pour la croisade contre l’insécurité, surtout contre les braquages qui s’opèrent de jour au sein des populations qui deviennent de ce fait traumatisées, de veiller à la gestion apaisée des coopératives d’aménagement agricole dont la vie et le fonctionnement se trouvent hélas ! marqués aujourd’hui par de nombreux conflits d’intérêt, de veiller aussi à une gestion transparente des lotissements, d’amener les populations riveraines à respecter l’emprise du domaine du projet “route des pêches“, il s’agira de faire participer effectivement les populations aux campagnes de salubrité pour une meilleur propreté de notre capitale économique (Cotonou), de rendre plus visible et plus efficace l’action de la Police Municipale notamment en ce qui concerne les comportements déviant observés sur les voies urbaines. Le ministre de la Décentralisation a annoncé les tâches qu’il s’emploiera à exécuter à court terme. Il s’agit de l’organisation du forum bilan sur la décentralisation et la gestion des communes ; le renforcement du dispositif humain des Préfectures par un plaidoyer plus accru auprès du Gouvernement pour un recrutement hors quota au profit du Ministère de la décentralisation ; la contribution sans faille à la préparation et à l’organisation des prochaines élections communales et locales en vue de la mise en place de la troisième mandature des élus locaux et la vulgarisation au sein des populations de la loi N°2013-05 du 27 mai 2013 portant création, organisation, attribution et fonctionnement des unités administratives locales, loi par laquelle le nombre de villages et de quartiers de ville est passé de 3728 à 5290 pour notre pays.

Une bonne gestion des ressources du FADeC

Isidore GNONLONFOUN a expliqué aux responsables à divers niveaux de l’administration départementale rassemblés pour la circonstance qu’il leur importe la lourde et patriotique mission de relayer l’Etat Central et le Gouvernement dans l’organisation et la fourniture de services publics aux populations. « L’importance de votre rôle se mesure à l’aune des sentiments de satisfaction éprouvés par les citoyens bénéficiaires de vos prestations et actions » précise le nouveau ministre en charge de la Décentralisation qui, en effectuant cette première descente sur le terrain, a entendu échanger avec les acteurs du développement durable. Il a souligné que dans le contexte national où le taux de croissance économique n’a pas encore atteint le niveau souhaité pour soutenir efficacement le développement que les ressources et crédits mis à la disposition des préfectures, des services déconcentrés et des communes doivent être utilisées dans la plus grande transparence et dans un souci de rationalisation des choix budgétaires qui favorise l’exécution des dépenses publiques de qualité et efficace. La promotion du développement local durable étant une exigence de la stratégie nationale de croissance pour la réduction de la pauvreté, explique le ministre GNONLONFOUN, il y a lieu de « créer les conditions favorables de sa réalisation en mettant l’accent davantage sur :la bonne gestion des ressources du fonds d’appui au développement des communes ; le suivi et le renseignement régulier des indicateurs de bonne gouvernance dans les Préfectures et les Communes ; la cohésion et la bonne ambiance de travail au sein des conseils communaux ; la lutte contre le morcellement anarchique et la vente des réserves administratives ; l’adhésion massive des populations au Régime d’Assurance Maladie Universelle (RAMU) ; la cohabitation pacifique entre agriculteurs et éleveurs ; la promotion de l’emploi des jeunes notamment dans le secteur agricole et le développement du partenariat public-privé qui, espère-t-l, facilitera l’implication et la participation des opérateurs économiques à la réalisation des projets dans le cadre de l’économie locale.

JPG - 58.9 ko

Vue des participants

Porto-Novo, Lokossa, Abomey, Parakou et Natitingou restent les prochaines étapes du périple de Isidore GNONLONFOUN.