Lutte contre la discrimination et la stigmatisation des PVVIH au MDGLAAT

Isidore GNONLONFOUN garantit le mieux-être et la qualité de vie à ses travailleurs

Assurer la protection de ses droits et le bien-être de son personnel et garantir un milieu de travail sain et salubre, c’est dans cette optique que le Ministère de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement Territorial par le bien de sa première autorité, le Ministre Isidore Gnonlonfoun, s’est fait le devoir de signer, le jeudi 17 octobre 2013, son document politique de lutte contre le VIH-SIDA. Ce fut en présence du Point Focal BIT-Bénin, le Dr Idohou Moucharafou, la Secrétaire permanente du CNLS, le Dr Sonia Boni et le personnel

Il n’est de secret pour personne que la pandémie du SIDA, de nos jours, touche une majorité d’hommes et de femmes à l’âge où l’on atteint la pleine possession de ses moyens intellectuels et physiques. Le VIH et le SIDA constituent pour le l’Organisation internationale du travail, des obstacles majeurs à la réalisation de l’idéal d’accès universel aux droits de l’homme, et d’accès au travail décent, pour toutes les femmes et tous les hommes du monde entier. Et la cérémonie du MDGLAAT, selon le point focal BIT-SIDA au Bénin, le Dr Moucharafou Idohou, illustre le leadership à un niveau très élevé, pour donner effet à un double engagement, tant au plan national qu’international. Tout en félicitant le MDGLAAT pour le grand effort, il a tenu à rappeler les actions futures à mettre en œuvre pour donner vie à ce protocole notamment la déclinaison en stratégie puis en programme les actions de lutte pour un réel changement des comportements. Le secrétaire général du Syndicat maison, le Syntra-Sat, Zacharie Adam Mohammed, tout en saluant le mérite du ministre Isidore Gnonlonfoun pour avoir accepté cet acte de haut importance, a pour sa part sensibiliser ses pairs à ne pas baisser la garde dans la lutte et la prévention contre le VIH-SIDA. Pour la secrétaire permanente du CNLS, Dr Sonia Boni, c’est un grand jour pour le MDGLAAT dans la mesure où l’acte posé est inédit et important. Etant devenu le premier des ministères à avoir entrepris d’élaborer des politiques et programmes VIH, elle a encouragé aussi bien l’unité focale que tout le personne à ne pas s’arrêter en si bon chemin et à poursuivre le processus jusqu’à son terme, afin de pouvoir disposer de plan d’action avec un budget permettant sa mise en mise. Profitant de cette occasion, elle a invité les autres départements ministériels à suivre les pas du MDGLAAT pour une meilleure riposte au VIH et au SIDA, afin de permettre l’atteinte de l’objectif zéro au sein de leurs institutions. Cette acte du ministre Isidore Gnonlonfoun et de son département ministériel témoigne de leur détermination de faire de la lutte contre le Vih-Sida et du respect de la recommandation 200 de l’Organisation Internationale de Travail leur cheval de bataille. Ils ont pris conscience de la nécessité d’agir ensemble pour se mettre à l’abri des affres de la pandémie du sida en protégeant aussi bien les travailleurs que leurs familles par la prévention et la prise en charge. D’après les dispositions de sa politique, le ministre et ses travailleurs s’engage à tout mettre en œuvre pour être un lieu de travail sain et salubre ; à rejeter le test VIH comme préalable à une formation, à un stage, à une promotion, à la nomination à un poste de responsabilité et même à un recrutement au sein des organismes sous tutelle. Il s’engage par contre à promouvoir le dépistage volontaire au VIH tant au sein du ministère qu’auprès des familles et des proches des travailleurs. Il voudrait aussi assurer à tout travailleur porteur du VIH un aménagement raisonnable de son poste de travail en rapport avec l’évolution de son état de santé ; s’engage à autoriser ce dernier à travailler aussi longtemps qu’il sera capable de remplir sa fonction et en accord avec les normes de productivité. Le MDGLAAT s’interdit d’obliger un travailleur à révéler son statut sérologique au VIH, ni d’obliger un autre travailleur ou un professionnel de la santé à révéler le statut d’un travailleur. Si le travailleur de façon volontaire révélait son état, le ministère lui garantit la confidentialité de cette information. Enfin, il ne veut tolérer aucune discrimination ou stigmatisation des personnes vivant avec le VIH tant à l’intérieur qu’en dehors et s’engage à assurer aux infectés de même qu’à leurs familles toute l’assistance possible sous forme de conseils et d’informations et tous les avantages nécessaires. Le ministre Isidore Gnonlonfoun, fort de son attachement aux ressources humaines et au service de qualité pour le bonheur de toute la nation, a dit sa satisfaction de l’aboutissement heureux de ce processus de signature. Il s’est engagé non seulement à veiller à l’application des dispositions de cette politiques mais aussi à œuvrer afin des moyens nécessaires soient mis à la disposition de l’UFLS de ce département. Déjà, des acteurs de ce ministère se battent poursuivre d’ici les jours à venir, la déclinaison de sa stratégie en plan d’actions.

le Ministre, Isidore GNONLONFOUN

le Point Focal BIT-Bénin, le Dr IDOHOU Moucharafou

Le secrétaire général du Syntra-Sat, Zacharie ADAM

le personnel du MDGLAAT