Audience au cabinet du MDGLAAT

Madagascar à l’école du modèle de décentralisation du Bénin

Le ministre Isidore Gnonlonfoun en charge du département de la Décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement du territoire, entouré de quelques membres de son cabinet, a reçu en audience, le mercredi 13 août 2014, une délégation malgache composée du Directeur de la coopération décentralisée au Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation de Madagascar, Roger Mahazoasy et de le maire de la commune rurale d’Andriambilany, Marine Yvette Rakotomalala. Ces deux personnalités malgaches sont au Bénin dans le cadre de la 3ème session ordinaire de la Conférence Africaine de la Décentralisation et du Développement Local (CADDEL) à Cotonou. Au cours de cette audience, les deux parties ont essentiellement échangé sur les questions du foncier et du budget participatif. Après avoir attentivement suivi l’exposé sur les actions du Bénin dans le processus de Décentralisation, Roger Mahazoasy a exprimé sa satisfaction face aux efforts du gouvernement dans le développement à la base. « Nous avons beaucoup apprécié l’expérience du Bénin parce que nous n’avons pas encore l’Observatoire de la Gouvernance Locale et de la Décentralisation (OGoLD) créé au Bénin dans l’optique de disposer d’une structure de veille informationnelle pour ajuster les politiques de décentralisation et de gouvernance locale aux défis. Nous n’en avons pas encore. On a un institut qu’on veut développer pour mettre en place un observatoire de la Décentralisation et du développement local. L’expérience du Bénin sera vraiment d’un grand apport pour nous dans le cadre des échanges. A cela, s’ajoute l’expérience avec la Commission nationale des Finances locales (CONAFIL). Madagascar n’en a pas. Aujourd’hui, les lois des finances, c’est au niveau des finances, des ministères sectoriels et on n’écoute pas les élus alors que la Conafil du Bénin est très avancée », a apprécié le Directeur Général de la décentralisation malgache, Roger Mahazoasy. Sur la question de la gestion du financement, le directeur général de la Décentralisation malgache a confié au ministre et à son cabinet que 5% des recettes de l’Etat reviennent aux collectivités dans un pays qui compte 1.547 communes et 22 régions. Soit 95% utilisé par les centrales et les institutions ». C’est trop, a-t-il conclu. Car, pour lui, l’expérience du Bénin est capitale et donne un coup au processus de décentralisation en Afrique.

Le ministre Isidore Gnonlonfoun a dit ne pas trouver d’objection à ce partage d’expérience dans la mesure où le Madagascar a enregistré aussi dans son processus beaucoup d’aspects positifs pouvant permettre aussi au Bénin de bien asseoir son système et d’appuyer les communes à assurer une gestion saine et efficace, pour le bonheur des populations.