Prise de service de Véronique F. BRUN HACHEME à la tête du MDGLAAT

Isidore GNONLONFOUN se réjouit de passer la main à une territorialiste chevronnée

A la suite du remaniement ministériel qui est intervenu le jeudi, le Ministère de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement du Territoire (Mdglaat) passe des mains de Isidore Gnonlonfoun aux celles de Véronique F. Brun Hachémè. La cérémonie de passation de service qui s’est déroulée le lundi 22 juin 2015 dans l’enceinte du ministère a été l’occasion de dire les mérites du ministre sortant et d’exhorter la nouvelle ministre à abonder sur les voies de la bonne gouvernance amorcées par son prédécesseur.

Trois discours ont meublé cet événement de transfert de témoin, notamment les discours du secrétaire général du Syntra-Sat, du ministre sortant Isidore Gnonlonfoun et de la ministre Véronique F. Brun Hachémè. A cela s’est ajouté le bilan fait sur la gestion du ministre Gnonlonfoun. A travers ce rapport d’activités présenté par le Directeur de Cabinet, Eugène Azatassou, on retient que de grands efforts ont été fournis dans les quatre segments de ce département ministériel notamment dans les domaines de décentralisation, de la déconcentration, de la gouvernance locale et de l’aménagement du territoire. Il a été aussi mentionné que durant les 23 mois passés par le ministre Isidore Gnonlonfoun, plusieurs investissements ont été réalisés dans le cadre de la poursuite du Programme de modernisation des principaux marchés des communes (Dantokpa, marchés de Ségbana, Kandi, Natitingou, Hozin et Kraké) ; d’autres équipements marchands sont en cours de réalisation dans les localités de Dassa-Zoumé, Agbangnizoun, Aplahoué, Dangbo et Allada. Quant au système de transmissions radio, les équipements radio électriques de transmissions de vingt neuf communes ont été renouvelés pour faciliter la communication et la remontée des informations entre le ministère, les préfectures et les communes.

Cette cérémonie de passation de service a été, pour le Syndicat national des travailleurs du secteur de l’administration territoriale (Syntra-Sat), l’occasion de dire publiquement les mérites de Isidore Gnonlonfoun et de lui rendre un hommage vibrant pour les chantiers ouverts durant les 23 mois qu’il a passé à la tête du Mdglaat. Selon Adam Zackary, c’est grâce à ce ministre que le Mdglaat dispose aujourd’hui d’un mouvement syndical. Et au-delà de cet effort fait pour mettre fin à la pensée unique, huit des dix points de la plateforme revendicative ont été plus ou moins satisfaits. Il s’agit entre autres de la réalisation d’un audit organisationnel pour hisser le Mdglaat au rang des structures administratives performantes ; de la participation du Syntra-Sat à toutes les prises de décisions et à l’étude de toutes les questions touchant à la vie du personnel ; de l’évaluation des conditions d’installation des structures notamment la DGAE, la DGDGL, l’OGoLD et la CNAD installées à l’époque dans un immeuble loué à Zongo en face du hall des arts ; de la délocalisation desdites structures vers un autre site ou à défaut, leur retour au ministère ; de l’instauration d’un cadre de dialogue social entre le Syntra-Sat et les autorités ; de l’évaluation des conditions d’installation de l’ascenseur du ministère et sa remise en service ; la relecture du plan de formation du ministère, son actualisation et la prise en compte de toutes les catégories d’agents et enfin de la mise en place d’un comité sectoriel chargé des formations et stages.

Fort de ces grands acquis du ministre sortant, qui indubitablement ont indu des changements notables au sein du ministère, le Syntra-Sat a exhorté la ministre à abonder sur la voix de son prédécesseur et faisant aussi l’option de la concertation. D’autres revendications ont été formulées par le Syntra-Sat notamment la dynamisation du système d’allocation des structures du ministère ; l’amélioration de la qualité de la gouvernance et le renforcement du management institutionnel. L’amélioration des conditions de vie et de travail des agents du ministère ; l’introduction et l’adoption par le conseil des ministres, du statut des administrateurs civils actuellement en souffrance au ministère chargé de la reforme administrative de même que l’augmentation des ressources au profit du Mdglaat n’ont pas été occultées par le secrétaire général du Syntra-Sat.

Pour le ministre Isidore Gnonlonfoun, la décentralisation est un grand boulevard, une quête permanente à laquelle il croit avoir apporté sa pierre pour l’enracinement de ce processus. Mais tant qu’il reste à faire, il faut continuer à faire, et ceci dans la dynamique de l’opérationnalisation des réformes déjà engagées et l’initiation de celles qui sont nécessaires et qui s’imposent de par leur pertinence a-t-il reconnu.

En quittant ce département ministériel, Isidore Gnonlonfoun a tracé quelques pistes à son remplaçant notamment celles de revoir l’ancrage institutionnel du ministère, afin de lui permettre de mettre en œuvre avec efficacité et efficience la PONADEC, qui, il faut le rappeler est une politique transversale ; faire en sorte que l’aide internationale déjà substantielle s’accroissent et se conforment aux principes de la Déclaration de Paris et de Bousan ; œuvrer pour l’avènement d’une gouvernance exemplaire dans la gestion de nos collectivités territoriales. Elle passe par l’élévation du leadership des élus locaux, communaux et municipaux qui doivent accroître leur degré de conscience et de responsabilité dans la promotion du développement de leur localités en priorisant l’implication des populations dans la gestion des affaires locales ; la transparence dans la gestion des ressources ; et la reddition des comptes.

Il n’a pas manqué de dire ses remerciements et sa gratitude à tous les acteurs et animateurs de la décentralisation grâce à qui il s’est senti soutenu dans l’accomplissement de la mission qui lui a été assignée. Il s’est dit se réjouir à juste titre de passer la main à une territorialiste chevronnée qui connait bien la maison.

Cette territorialiste chevronnée, Mme Véronique F. Brun Hachémè, dans son adresse, a promis mettre ses pas dans ceux de ses prédécesseurs aux fins pérenniser les acquis de la décentralisation et de faire progresser autant que faire se peut, le processus du développement local grâce aux efforts conjugués de tous ses acteurs et animateurs. Pour alors réussir cette nouvelle mission que le Chef de l’Etat vient de lui confier, elle a dit compter sur chacun de ces acteurs et animateurs pour qu’ensemble, ils relèvent le défi majeur de la bonne gouvernance locale, indispensable à la prospérité des 77 communes du Bénin.

Vu les efforts qu’ils déploient sur le terrain pour donner à la décentralisation et à la déconcentration sa notoriété, la ministre a félicité les préfets des départements pour le travail de veille qu’ils abattent sans relâche et n’a pas manqué de les exhorter à plus d’abnégation et de courage pour réussir la tutelle des communes et apporter l’assistance conseil nécessaire à leur épanouissement. Pour ce qui est des communes, tout en saluant les maires pour les efforts consentis, elle a dit prendre des dispositions idoines en vue d’assurer très rapidement la formation et la sensibilisation des nouveaux maires qui seront élus à l’issue des élections communales, municipales et locales pour que la bonne gouvernance à la base soit toujours de mise.