2ème Conférence des Préfets 2015 à Parakou

Véronique Brun Hachémè s’engage pour une décentralisation plus dynamique au Bénin

Un mois après sa prise de prise en main de la destinée du ministère de la décentralisation, la ministre Véronique Brun Hachémè a tenu sa toute première conférence avec tous les préfets du Bénin. La conférence des préfets, puisque c’est de cela qu’il est question, est en réalité, un cadre de concertation qui permet aussi bien au ministère qu’aux préfectures, de réfléchir sur les questions touchant au développement des communes ; autrement dit, c’est le cadre approprié qui permet d’échanger non seulement sur la vie et le fonctionnement des départements, mais aussi d’apprécier globalement la gestion du processus de décentralisation et de déconcentration dans l’ensemble des structures du secteur. Cette conférence qui s’est tenue à l’hôtel "Le Privilège" de Parakou les jeudi 23 et vendredi 24 juillet 2015, est la deuxième de l’année, après celle de Natitingou qui s’était déroulée courant fin mars 2015.

Deux jours durant, la ministre de la décentralisation, entourée de ses cadres, directeurs techniques et généraux, a eu à discuter de la vie du Bénin à travers la gestion des préfectures et des communes. Dans son discours à l’ouverture des travaux, Mme Salamatou Kora Kponou, préfet du Borgou-Alibori, départements accueillant cette deuxième conférence au titre de 2015, a mis un accent particulier sur les problèmes qui jalonnent le vécu quotidien des populations dans les départements de même que le fonctionnement des communes et des préfectures. Tenant compte du contexte politique dans lequel le pays se trouve actuellement, elle n’a pas manqué de solliciter l’appui du ministère en vue du renforcement des capacités des administrations préfectorales en moyens matériels et financiers afin que la mission de la tutelle et de l’assistance conseil qui leur est dévolue soit mieux assumée à l’orée de cette 3ème mandature des élus communaux.

Plusieurs problématiques ont été abordées durant ces deux jours de réflexions notamment le point du suivi de l’organisation des élections législatives, communales et locales au niveau des communaux et municipaux ; le point de l’organisation du forum bilan sur le processus de décentralisation au Bénin ; le point de la consommation des ressources du Fonds d’Appui au Développement des Communes au cours de l’année 2014 puis le niveau de transferts de ces ressources au titres de l’année 2015.

Pour la ministre Véronique Brun Hachémè, les préfets constituent les pôles de relais de l’action gouvernementale en même temps qu’ils sont les autorités de tutelle des communes. C’est pourquoi tout au long des travaux de cette conférence, elle les a invités, pour ce qui est de l’évaluation des indicateurs de bonne gouvernance au niveau des communes, à une veille permanente afin d’assurer l’efficacité et l’efficience du service offert aux populations. Pour que la décentralisation soit effectivement un outil de développement au service des populations, il urge d’être en état de veille permanent a-t-elle insisté. Pour ce qui est de la tâche imminente de l’installation des nouveaux élus au sein des conseils communaux, elle a aussi rassuré de sa détermination à jouer sa partition. Aussi, pour permettre aux élus communaux de la troisième mandature d’acquérir les premières notions indispensables de bonne gouvernance des affaires de leurs communes, son département ministériel aura-t-il à s’investir dans leur formation. La conférence de Parakou, selon la ministre Véronique Brun Hachémè, a eu le mérite de renouer avec les bonnes pratiques qui consistent à apprécier ces indicateurs au niveau de chaque préfecture étant dit que l’amélioration des conditions de vie et de travail de citoyens en dépend. Il faut noter que la cérémonie d’ouverture de la conférence a eu à mobiliser non seulement les acteurs des préfectures mais aussi de toutes les autres structures étatiques représentées à Parakou. Le maire de Parakou, pour sa part, a été représenté par le deuxième adjoint.

Les recommandations

A l’issu de ces deux jours de réflexion, huit recommandations ont été formulées par la conférence, aussi bien à l’endroit des préfets que du ministère. Ainsi, dans un premier temps, suite à la présentation du bilan du suivi des élections communales, municipales et locales par le MDGLAAT, il a été demandé à la Direction Générale de l’Administration d’Etat de soumettre à la signature du ministre, une lettre pour porter à l’attention du Président de la République, les constats faits relativement aux dispositions de l’actuel code électoral qui sortent le MDGLAAT du dispositif de l’organisation des élections. Dans ce cadre, et c’est le second point, il a été également demandé aux préfets de rendre compte de l’organisation des élections dans leurs départements respectifs dès la semaine du 27 juillet 2015.

Au point trois, dans la perspective des élections présidentielles de 2016, les préfets ont été instruits à l’effet de prévoir des ressources complémentaires dans leurs budgets respectifs pour l’organisation du suivi des opérations desdites élections. Quatrièmement, abordant les questions qui entravent jusque-là la mise en œuvre efficiente de la mission de coordination des SDE, le MDGLAAT devra en tenir compte dans la relecture des textes de lois sur la décentralisation. A la suite de la présentation des indicateurs de bonne gouvernance par les préfets, la DGAE doit concevoir un canevas indicatif d’harmonisation de cette présentation auquel les préfets devront à l’avenir se conformer ; c’est le cinquième point.

Au point six, par rapport à la salubrité des préfectures et résidence des préfets, des instructions leurs ont été données pour prévoir dans le budget de la préfecture, des ressources à cet effet. Dans l’avant dernier point, relativement à la gestion des conflits frontaliers dans les départements de l’Atacora et de la Donga, le préfet a été instruit aux fins de rendre compte des réalisations d’infrastructures effectuées dans la zone Kourou Koualou par la République du Burkina Faso en vue des dispositions à faire prendre par l’ABeGIEF. Au dernier point, suite à la présentation du point des transferts des ressources du FADeC au titre de l’année 2015, le SP/CONAFIL a été instruit à l’effet de renforcer la collaboration avec les préfets en les informant au préalable des dispositions prises dans le cadre des transferts de ces ressources aux communes.